Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bretonnes. 89 moment, & la fumée les ayant dérobés a nos yeux, on les croyoit réduits en cendres , lorfque le bois étant confumé, ils parurent dans le même état qu'ils y étoient entrés, Sc en fortirent encore plus beaux qu'ils n'étoient aupa» ravant, fans aucune marqué d'avoir été endommagés par le feu. Ma furprife fut extréme; quel prodige eft ceci, m'écriai-je hors de moimême ? Roi des Salamandrés, me dit le jeune homme en m'interrompant, vois fi je fuis digne de ta fille, Sc juge de mon origine par mon pouvoir ? Je fuis 1'unique héritier du roi de 1'ifle des Flammes; 1'amour, comme'tu le vois aujourd'hui, fe plait tellement a joindre enfemble les chofes les plus antipathiques, qu'il a entrepris d'unir le feu & 1'eau; ne me refufe donc pas la princeffe Froideur, puifqu'étant feul capable de fondre la glacé dont fon cceur étoit entouré, tu aurois vu éteindre en elle toute ta poftérité.

Nous étions en guerre cruelle avec le père de Cceurbrülant, continua le vieillard , je crus y mcttre fin par ce mariage; Sc trouvant beaueoup d'utüité dans cette alliance, j'accordai ma fille a ce prince , avec une joie extréme, Sc je n'cn différai la cérémonie que jufqu'au lende-? main.

Le prince Coeurbrülant fortoit avec pompe du, temple de 1'hymen, oii il venoit d'épouléï

Sluiten