Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

90 Les Soirees

ma fille ;il lareconduifoit au palais, lorfque des éclairs & un tonnerre effroyable, firent paroitre le ciel tout en feu. Le prince effrayé devint pale comme la mort, & embraffant tendrement fon époufe. Ah! ma princeffe, s'écria-t-il, voila fans doute mon cruel père, dont la colère éclate, & qui vient ici pour nous féparer. Dans le moment le roi de 1'ifle des Flammes ayant paru en l'air, porté fur un charriot tout de feu , fondit fur nous, enleva le prince fon fils, & ma fille ; & après avoir embrafé le palais, & toutes les maifons voifines, reprit la même route ou il étoit venu. Je fus extrêmement étonné d'une entreprife fi hardie; je ramaffai avecpromptitude le plus de Salamandres qu'il me fut poffible» pour éteindre les flammes qui voloient déja par toute la ville. Vous n'ignorez pas que notre préfence feule en a le pouvoir, puifque c'eft par Ia vertu despeaux de Salamandres, dont vous êtes couvert, que vous vivez dans cette terre brillante. Ce ne fut pourtant qu'après un tems confidérabie, que l'on arrêta 1'incendie, & nous donnames ainfi au roi de 1'ifle des Flammes, la facilité d'emporter ma fille avec fon époux. Je ne doutai point qu'il ne fit périr cruellement cette princeffe, par 1'antipathie naturelle qui eft entre lui & moi. C'eft pourquoi je m'élevai promptement dans les airs, 1'épée a la main j

Sluiten