Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

94 Les Soirees & vous préfenter ce merveilleux bouquet; comme une marqué certaine de 1'amltié qu'elle vous porte. Vous devez, grand prince, vous eftimer heureux , des témoignages de diftinaion que la fée vous donne, elle en accorde peu de pareils; & fes faveurs doivent toujours être précieufes aux mortels les plus diftingués.

Le roi m'écouta avec une extréme joie, & acceptant le bouquet de Pandrague avec foumiffion , il le porta auffi-töt fous le nez , pour tefpirer Fodeur agréable qui en fortoit. Puiffant prince, lui dis-je , profitant de ce moment, je n'ai exécuté qu'une partie de ma commiffion ; Ia fée m'a encore chargée d'une autre affaire oii elle prend part: elle n'ignore pas vos différends avec le fage Famagongoma , & quelle trifte fuite a eu le mariage de fa fille avec le prince Cceurbrülant; mais comme la clémence eft la principale vertu d'un monarque tel que vous 1'êtes, elle m'a chargé de vous repréfenter qu'il eft tems que votre colère finiffe , la princeffe Froideur ne 1'a que trop éprouvée, il eft jufte enfin que vous laiffant fléchir, vous la reconnoiffiez pour votre fille , & que la paix entre le roi des Salamandres & vous foit ci. mentée par 1'approbation du mariage du prince votre fils avec la princeffe des Salamandres. Pendant que je parlois ainfi ,1e bouquet fym-

Sluiten