Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Breton nes. 97 ïnconnues, lorfqu'au coin d'un bois j'appefcus Un ours monftrueux qui emportoit un enfant dans fes pattes. Je fus touché du malheur de ce petit miférable; je pourfuivis cette cruelle béte fans m'efFrayer du péril; je 1'atteignis , & 1'ours abandonnant auffi-töt Penfant, tourna toute fk fureur contre moi. Nous commencames alors un combat furieux , mais affez inégal , &C j'étois pret defuccomber,lorfqu'un grand chien noir étant venü fe jeter fur 1'ours , le terraffa , me donna le moyen de Pachever , en lui plongeant plufieurs fois mort épée dans le corps. Ce chien , après m'avoir aidé a rem>| porter la viftoire, me fit mille careffes, ainfi | que Penfant que je relevai de terre , & que je i pris dans mes bras. Ce fidéle animal marchoit devant moi, tournant a tous momens la tête comme pour me dire de le fuivre; & après i avoir ainfi fait plus d'une lieue dans la forêt ? ) nous rencontrSmes une cabane de payfan dans 1 laquelle le chien entra & moi auffi, jugeant : bien que c'étoit-la ou demeuroient les parens de Penfant que j'avois fauvé des dents de Pours, J'étois très-fatigué du combat que je venois de ij faire, & je perdois même un peu de fang; mais un homme entre deux ages , qui habitoit dans j cette mafure, après m'avoir remercié en termes fort touchans, d'avoir fauvé la vie a fon Tome xxxu, q

Sluiten