Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

98 LesSoirIes

hls, me procura promptement le remède néceffaire pour mes bleffures qui fe trouverent fort légères. Je paffai le refte de la journée chez ce bon homme, qui ne favoit quel accueil me faire; & après avoir foupé plus fplendidement que fes facultés fembloient ne le permettre, il me donna un lit affez propre pour y paffer la nuit. II faut, mes chers frères, que je vous raconte un rêve extraordinaire que je fis dans cette cabane, paree qu'il a relation k 1'aventure du tombeau; je m'imaginois être au bord d'une fontaine magnifique', ou je me rafraichiffois d'une extréme chaleur qui me defféchoit les entrailles, lorfque je vis une des ftatues qui ornoient cette fontaine , me lancer un dard qui me traverfoit le cceur : je faifois tous mes efforts pour 1'arracher, fans y pouvoir parvenir; & je me voyois prêt d'expirer des douleurs infuportables que je fouffrois, lorfque je crus eptendre une autre flatue, qui repréfentoit un enfant nud, me dire: Tun'en mourras pas, prince Languedor, mais tu porteras cette bleffure jufques par-dela le tombeau. Je m'éveiilai en furfaut, très-fatigué de mon rêve; je cherchcis aen faire 1'application rien ne s'offroit k mon efprit, qui put répondre a ce bizarre fonge, lorfque j'entendis plufieurs fois aboyer autour de moi le chien qui m'avoit fauvé la vie. Le jour commencoit a paroitre

Sluiten