Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bretonnes. 12.5

qu'il y avoit environ un mois, que 1'ayant trouvé k la chaffe, qu'il n'avoit guères plus de quinze jours j il 1'avoit pris en vie ,1'avoit fait nourrir par une chienne , dont on avoit jette les petits, & qu'étant parvenu au terme d'être mangé , il 1'avoit fervi fur la table impériale, ■ comme un mets très-délicat.

L'échanfon interrogé a fon tour, de quel terroir venoit le vin que l'on avoit verfé pendant le repas, répondit qu'il avoit été recueilli a douze lieues de Sobarre, fur la montagne des tombeaux. C'eft un endroit oh s'étoit autrefois donné un fameux combat, oü plus de quarante mille hommes étoient reftés fur la place, & dans lequel fort long-tems après, l'on avoit planté des vignes qui produifoient un vin excellent.

L'empereur ne pouvoit fe laffer d'admirer ces cinq étrangers ; plus il conféroit avec eux, plus il leur trouvoit de mérite, & de folidité d'efprit: maisa travers des careffes qu'il témoignoit a ces princes, il leur laiffoit entrevoir un chagrin dévorant. Engageant ayant pris la liberté de lui en demander la caufe. Hélas 1 fage étranger, lui répondit l'empereur, il y a bientöt deux ans que je languis pour la cruauté que j'ai commife envers ma fille & trois jeunes hommes qui fe difoient fils du roi Jugement. Alore

Sluiten