Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

I4J'

TIMANDRE ET BLEUETTE, CONTÉ.

D ans Ia cïmmante vallée de Canganf régnoit autrefois un prince auquel on avoit donné le oom de Silentieux. 11 n'étoit point aimé de fes fiijets , paree qu'il parloit peu, & ne rioit que rarement. II étoit cependant fpiritue!, aimoit a faire du bien , & gouvernoit fon royaume avec beaucoup de bonté, de juftice & de prudence. Tant de belles qualités n'empêchoient pas que l'on ne format quelquefois des complots contre fa vie.

Silentieux n'ignoroit pas jufqu'a quel point il étoit haï. Cette haïrie le chagrinoit beaucoup; il efpéroit cependant qu'a force de bienfaits , il pourroit gagner le Cceur de fes peuples: c'efl ce qui l'engageoit & paroitre fouvent fur un balcon de fon palais, qui donnoit fur la grande place ; & de la il répandoit une quantité confidérable d'or &d'argent. Un foir il appercut dans la foule unepetite femme vieille &fimplement vêtue , qui tenoit un panier d'herbes dans fon bras, & qui lui crioit: Sire, faites-moi la grace ,He m'acheter mes herbes; je fuis fi malheuTome XXXII. K

Sluiten