Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

S 56 TlMANDRE

bientöt de vue. Cette aventure 1'auroit affligê s'il avoit eu le tems d'y penfer ; mais- douze autres calèches de porcelainesdu Japon, tirées par deslicornes blanchesck conduites par douze perfonnes plus belles que la première , lui causèrent un fi grand étonnement qu'il demeura comme immobile, fans avoir laforce de prononcer un feul mot. II fe repentit de fon filence, car un inftant après il ne vit plus aucune voiture : il fuivit avec rapidité la route qu'elles avoient prife , & s'avanca jufqu'au bout d'une grande allee; mais'quand il y fut arrivé, il ne vit ni les calèches, ni les dames qui lui avoient donné tant de curiofité; il découvrit un canal qui paroiffoit avoir une longueur infinie, & fur lequel étoit plufieurs vaiffeaux de criftal , dont les mats étoient d'or, & les voiles de gaze couleur de rofe & argent: tous les matelots étoient vêtus d'une toile d'argent, & portoient des guirlandes de fleurs qui fervoient k attacher les rênes d'or de ces fuperbes batimens. Le prince furpris avec raifon de ce nouveau fpectacle, s'arrêta , & confidéra avec attention cette flotte qui s'avancoit lentement de fon cöté. Une petite chaloupe en fut détachée , & vint aborder oii il étoit. Un enfant fait comme on dépeint 1'amour en fortit, &c demanda au prince s'il n'étoit pas curieux de connoitre la beauté qui

Sluiten