Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

è t Blëuettë. ïSi •d'une beauté furprenante. Les vaiffeaux y vinrent aborder : Timandre mit pied a terre avec la reine & fa fuite pour entrer dans le fuperbe Mtiment: il en loua plus d'une fois la ftrutture Sc la magnificence. Après plufieurs éloges , on le fit pafiër dans un falon oü l'on trouva une table fervie des mets les plus exquis. Gracieufe s'y placa a cöté du prince , avec une partie de fa cour. A la fin du repas elle joua du luth, & chanta de facon que fi Timandre n'avoit pas été le plus amoureux des hommes il le feroit devenu dans cet inftant. Maigré la prodigieufe étendue de fa voix elle étoit douce & parfaitement jufte. Le balfuivit ce magnifique repas, óc fut compofé d'une jeuneffe brillante de 1'un Sc de 1'autre fexe. Gracieufe danfa toujours avec Timandre, Sc danfa. Le prince n'avoit jamais éprouvé de fi doux momens; il en paffa d'autres pendant fix mois qui ne furent pas moins agréables-5 car on inventoit tous les jours de nouveaux plaiürs pour 1'empêcher de s'ennuyer. II aimoit Sc étoit aimé , cependant il manquoit a fon bonheur de pofféder fa chère Gracieufe, 5c le plaifir de voir dans fes yeux cette tendreffe qu'elle lui témoignoit k tous les momens. Un foir qu'il fe promenoit avec elle fur les bords dit canal, il la conjura de mettre , JJpmü XXXÏI. L

Sluiten