Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

lox Timandre le comble k fon bonheur, puifqu'elle étoit convaincue de la violence &c de la fincérité de fa paffion. II la preffa fi vivement, qu'elle ne put le refufer, mais fa prière ne fut pas exaucée fur le champ; le jour fut pris & attendu avec une égale impatience de la part des deux amans. Quand il fut arrivé ils fe donnèrent la main , &c fé jurèrent un amour éternel dans un petit tempte entouré d'arbres &c confacré a la volupté. L'amour & 1'hymen fe réconcilièrent dans ce moment, &c furent toute la journée avec les deux époux, que l'on conduifit après la cérémonie dans un appartement tapiffé de jafmins &c de fleurs d'oranges ; deux efcarbouc'es placés auprès d'un très-beau lit y répandoient une grande clarté; mais Gracieufe donna ordre a fes femmes de les oter. Le prince y confentit avec peine , mais enfin le plaifir qu'on lui ötoit ne 1'empêcha pas de fe hvrer avec une joie inconcevable a ceux qu'il avoit attendus avec tant d'impatience. Jamais nuit ne lui parut fi courte ; il vit arriver le jour, & s'imagina qu'il avoit commencé fa carrière plutöt qu'a Fordinaire: il s'en confola cependant dans 1'efpérance de voir enfin le vifage de celle qu'il aimoit avec tant d'ardeur. II fe preffa donc d'ouvrir les rideaux, &C de jetter les yeux fur la reine qui dormoit profondément : mais,

Sluiten