Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ET B L E U E T T E. 165

s'y repofa , & vit pafler un moment après une perfonne de feize ou dix-fept ans , que la nature avoit ornée d'une beauté fi parfaite que la mère desamours ne la furpaffoit point. Un habit de toile de liri Sc quelques bleuets qu'elle avoit arrangés fans beaucoup de foin dans fes cheveux faifoient toute fa parure : tous les charmes dont elle étoit partagée ne paroiffoient pas la rendre plus vaine; un air de douceur & de modeftie prévenoit en fa faveur. Quelle différence, dit en lui-même Timandre ( en la confidérant ) de cette belle fille avec celles qui font a la cour de Gracieufe ! elle n'emprunte aucun fecour de 1'art pour plaire , cependant elle eft capable d'enflammer tout 1'univers. Les autres au contraire , malgré les foins qu'elles fe donnent, ne peuventque difficilement toucher,paree qu'elles n'ont rien de naturel5 leurs difcours, leurs contenances font étudiées; elles affeclent d'avoir dans leurs paroles Sc dans leurs acfions une liberté qui femble tout permettre k ceux qui les approcbent. Le prince en faifant fes réflexions, s'appergut qu'il fuivoit malgré lui cette aimable perfonne, Sc qu'un fecret penchant commencoit a s'emparer de fon cceur. II s'en approcba le plus qu'il lui fut poffible , Sc vint enfin fe placer fur les fleurs de fon bouquet. Bleuette , c'étoit le nora de cette jeune fille, trouva le

L iij

Sluiten