Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

'i68 Timandre Silentieux lui 'avoit fait donner , & 1'autre avoit fervia la faire vivre tranquillement avec fa chère Bleuette, ) celle-ci s'entendant donc appeller, comme je 1'ai dit, par la bonne Fatime, courut a la maifon pour favoir ce qu'elle lui vouloit. Je fuis fort affligée , ma fille, lui dit cette femme ; en voulant prendre ma quenouille fur cette planche, j'ai fait tomber cette phiole que vous voyez par terre ; elle étoit remplie d'une liqueur que m'avoit donnélamême dame qui m'avoit fait préfent de la feuille dont je vous ai parlé. Une feule goutte de cette eau pouvoit détruire ïes plus grands enchantemens. Bleuette , pour la confoler, lui dit: Vous n'avez point de méchantes fées pour voifmes, pourquoi regretter cette liqueur ? Timandre entendit cette converfation, Sc ne douta point que, puifque cette eau avoit une fi grande vertu, elle ne put lui rendre fa première forme. II vola donc promptement a 1'endroit oü elle étoit répandue , Sc a 1'inflant il s'éleva une épaiffe fumée dans la chambre : quand elle fut diffipée, le prince fe trouva tel qu'il étoit avant la métamorpbofe , , c'eft-a-dire , le plus aimable de tous les hommes. Fatime Sc Bleuette furent trèsefTrayées en le voyant paroitre , Sc ce fut avec bien de la peine que le prince les empêcha de prendre la fuite. Ne craignez rien, leur dit-il3

Sluiten