Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

S I N C E ft'. t$t min qu'elle faifoit. La laffitude 1'obligea enfin de s'affeoir au pied d'un chêne qui formoit un ombrage que 1'ardeur du foleil ne pouvoit pénétrer. Examinant la grandeur & la groffeur de cet arbre , elle découvrit une petite clef cachée entre 1'écorce & le bois; elle la prit, n'imaginant pas quel en pouvoit être 1'ufage. Elle voulut la remettre au même endroit. Après l'avoir vainement effayée , eile la fit entrer dans un trou qui s'offrit a fa vue; a 1'inftant la clef tourna toute feule , & fit ouvrir une porte pratiquée dans le chêne avec un art infini. Cette porte cachoit un efcalier. La princeffe curieufe de favoir en quel lieu il la pouroit conduire , prit le parti de defcendre : les premières marches lui parurent fort fombres, mais après en avoir defcendu quelques unes , elle vit avec furprife que 1'efcalier étoit éclairé de plufieurs bougies placées dans de trés - beaux luftres de criftal de roche. Elle continua fon chemin ; & quand elle eut defcendu plus de trois eens marches , elle arriva dans un appartement meublé magnifiquement. On dira qu'il efl étonnant^Se prefque impoffible qu'une perfonne de fon fexe ait été affez hardie pour entrer feule dans un fouterrein qui lui étoit inconnu ; mais je dirai ^ paree que je le fais, & pour que l'on ceffe

M iij.

Sluiten