Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

S I N C ER, i$j

fit prendre; Ia réfolution d'avertir le roi de fe méfier des careffes apparentes que fa fceur lui feroit. Elle remit au lendemain 1'exécution de fon projet. Ce jour étant arrivé, elle fortit avec une de fes femmes, & prit le chemin du rocher de Sincer. Elle en étoit fort peu éloignée $ lorfqu'elle s'arrêta pour écouter un air dont les paroles paroiffoient lui être adreffées. Le fon de Ia voix qu'elle entendoit étoit fi touchant,& flattoit fi.fort fon oreille, qu'elle demeura long-tems dans 1'endroit oii elle étoit, même après que l'on eut ceffé de chanter. Cephife (c'étoit le nom de celle qui 1'accompagnoit) Ia tira de fa rêverie, en lui faifant appercevoir Sincer qui venoit k elle. Quoiqu'elle fe fut déterminée a le confidérer fans effroi, elle ne put cependant jeter les yeux fur lui fans trembler, & fans les détourner auffi-töt. II s'en appercut avec chagrin; & la faluant avec beaucoup de refpeft, il la pria d'entrer un inftant dans fon palais ruftique, pour s'yrepofer. Aimée y confentit, & lui dit quelle n'étoit fortie que pour Ie voir , & lui apprendre des chofes d'une extréme conféquence. Le roi lui préfenta la main de la meilleure grace qu'il lui fut poffible , la conduifit dans fa grotte , & lui tint les difcours du monde les plus fpirituels. Elle ne fe feroit jamais imaginée qu'un homme

Sluiten