Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Sincer; ijp öreflbient; & pour changer la converfation elle conta au roi avec quelle fatisfaffion ell« avoit entendu une voix charmante avant que de le rencontrer, & lui demanda s'il ne connoiffoit pas celui qui avoit fi bien chanté. C'eft un prince qui vous adore , répondit Sincer , & qui vous offre fon coeur, fa main & la couronne qu'il doit un jour porter, mais fa figure lui défend d'efpérer. II foupira en finiffant ces mots. La princeffe rougit, & comprenant bien que c'étoit de lui qu'il vouloit parler, elle ne le queftionna pas davantage, mais elle devint rêveufe; elle le quitta peu après, paree qu'elle craignoit qu'on ne s'appercüt de fon abfence. Elle reprit donc le chemin du palais, en entretenant Cephife de Pefprit qu'elle trouvoit a Sincer. Je t'avoue , ma chere Cephife , lui difoit-elle, que je fens pour lui, malgré fa laideur, ce que je n'ai jamais fenti pour perfonne. Je ne fais fi c'eft amitié , mais je tremble que ce ne foit quelque chofe de plus. Quoi , madame, dit cette fille étonnée, vous aimeriez ce petit monftre, & toute fa figure ne vous fait pas d'horreur! vous pourriez vous réfoudre de vivre avec lui! que feriez-vous d'un homme fi hideux ? Le plus petit vent le fait tourner comme une girouette. Ah 1 dit la jeune Aimée, il penfe fi délicaternent, il parle avec.

Sluiten