Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

!i9i' Le Prince

mine fut inconcevable; elle avoit tout mis ea oeuvre pour plaire au plus affreux des mortels, fans pouvoir y réuffir. Tout ce qui offenfe Famour propre des dames n'eft jamais pardonné ; auffi devint-elle furieufe contre le prince & la princeffe, Que n'auroit - elle pas donné pour les empêcher de fe voir! mais cela n'étoit pas poffible , car le roi avoit la liberté de lui parler, & il en cherchoit les occafions. Elles fe prëfentoient fouvent, & Aimée ne fe refufoit point au plaifir de 1'entendre. Cette princeffe fe promenant un foir dans une des allées du pare , appercut une boule qui rouloit fort vite , & qui s'arrêta lorfqu'elle fut prés d'elle. Cette boule s'ouvrit, & elle en vit fortir une petite femme qui, s'élevant tout d'un coup» devint haute de dix ou douze pieds. Je fuis la fée Farouche, dit-elle a la princeffe, a qui vous avez rendu fervice il n'y a pas long-tems. Aimée la reconnut, paree qu'elle jettoit du feu par les yeux comme la vipère blanche qu'elle avoit Uiife fur 1'arbre. Elle la falua donc très-refpectueufement. La fée lui dit que 1'amitié qu'elle avoit pour elle 1'avoit engagée a la demander en mariage a la princeffe fa mère pour le roi Papilion, fon neveu, le plus aimable de tous les hommes; qu'elle fortoit du cabinet de la reine-, jqui lui avoit donné fon confentement, & que

dans

Sluiten