Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

2o6 Le Prince

réfolu de perdre des jours que fes malheurs lui rendoient infupportables : au lieu de fe noyer comme il en avoit le deffein , il fentit qu'il tomboit doucement; un inftant après il fe trouva fur un gazon au milieu d'un beau jardin; il crut d'abord éprouver rillufion d'un fonge ; mais voyant enfuite qu'il n'étoit point endormi , il fe leva pour regarder s'il ne découvriroit perfonne dans ces lieux inconnus. II fe promena long tems dans cet endroit folitaire i enfin il entendit un bruit de cors & de chiens ; un moment après il vit paroïtre les chaffeurs ; jamais furprife ne fut égale a la fienne : ces chaffeurs étoient autant de groffes grenouilles montées fur des chats verds qui couroient après un lièvre; les unes étoient habillées en amazones , les autres avoient des robes de taffetas avec des petits bonnets garnis de fleurs & de plumes; il y en avoit qui fonnoient du cor j d'autres qui crioient pour appeller les chiens; enfin c'étoit la plus plaifante chofe du monde. La chaffe s'arrêta k la vue du prince , & les grenouilles defcendirent de deffus leurs chats pour aller au - devant de lui; elles ne marchoient que fur deux pattes, & fe fervoient des deux autres comme nous nous fervons de nos mains.

Quand cette troupe fut auprès de lui, celle

Sluiten