Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Sincer. 211 a papillons. Elle monta dans ce deffein fur la ij fenêtre pour fe précipiter ; mais par un bon1 beur infihi , fe fouvenant alors du briüant i qu'elle avoit recu de Poifeau , & des paroles I qu'il avoit dites en le lui donnant , elle le tira I de fa poche , & le regardant, elle dit : beau I brillant, fi tu as la vertu de me tirer du danger I oü je fuis , ne me laiffe pas plus long - tems 1 malheureufe. A peine eut - elle prononcé ces I mots que le brillant s'ouvrit , & qu'il en fortit plufieurs petits maïtres a danfer , avec des violons , qui firent dreffer les limacons , leur montrèrent en un inflant toutes fortes de danfes , & difparurent enfuite. Cette merveille fit un grand plaifir a la princeffe , elle effuya fes pleurs, baifa fon brillant avec un tranfport de joie incroyable , & le ferra avec plus de foin qu'elle n'avoit fait encore, dans la crainte que Farouche ne découvrant ce qu'il valoit , ne Ie lui enlevat. Cette méchante fée arriva un moment après , & lui demanda avec un fourire malin fi fes écoliers étoient forthabiles; vous allez en juger, madame , dit Aimée d'une voix douce & craintive ; ouvrant alors la falie ou ils étoient, elle fe mit a chanter, auffi töt ces petits animaux dansèrent , mais dansèrent fi joliment , furtout la bourée , Pallemande & la mariée, que

O ij

Sluiten