Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 2° )

pofitivement, que les Hollandais payeraient aux Hof* tentos, 00,000 florins pour touc le terrein dont ils s'emparérent. Hift. phil. & pol. du com. des Europé dans les deux Indes ï. I. p. 198. Edit. de Maeflrkht 1775. Selon lui, Riebeek paya lui-même cette fomme enMarchandifes. PierreKolbe dit, que cette fomme fut payée en deux termes, le premier de 50,000 & le feeond de 30,000 florins auffi en marchandifes; celui-ci va encore plus loin que 1'autre Hiftorien & alTure que 1'Aete authentique de cette vente était encore de fon tems, c'eft-a-dire cn 1727. dans les archives de la fecrétairerie du Cap. p. 61, 62. Befchryving van de Cap de Goede Hoop T. f. Je ne fuis pas furpris, que Kolbe, Agent de la Compagnie & trèsdévoué a fes maitres, ait écrit une telle abfurdité; mais je fuis furpris, que Mr. 1'Abbé Raynal, qui paffe pour un des plus judicieuxCritiques de notre fiécle, ait adopté fans reftriétion cette fable. II peut fe faire que Riebeek pour colorer 1'injuftice, évalua 2190,000 florins les bijoux qu'il avait donné en préfent aux Hottentots, & qu'il en drefla lui-même un Acte de vente fimulée. Au tems oü Riebeek arriva au Cap, ks acquifitions des Européens dans les Indes, ne fè

fai-

Sluiten