Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 7S )

frir d'un mariage, qu'au-contraire la fociété ne peut qu'y gagner beaucoup, exiger, dis-je, des petits bourgeois cette permiffion formelle , & exiger feulement des bourgeois difiingués, d'en donner connoisfance au Gouverneur, avant d'avoir rien décidé pofitivement a ce fujet; c'eft une diftinélion odieufe, c'eft un attentat contre la fociété & contre Ia nature; c'eft "traiter le bourgeois en véritable efclave ; c'efl lui ravir le plus précieux privilége de 1'humanité, c'efl ca un mot, enchainer la Nature. Que dire donc d'un Souverain, qui par principe, par intérêt perfonnel, ou par je ne fais quel motif plus lache encore, refuferait \ un honête bourgeois de marier fa fille, lorfqu'elle eft parvenue a 1'age de s'engager avec connoiffance 'de caufe dans 1'état faint du mariage? ce Souverain ne pafferait-il pas h jufte titre, pour le bourreau de la fociété? Oui fans doate : eb bien ! le cas 'exifte acltuellement au Cap. Un Placard émané depuis peu de Gouvernement, ou fi 1'on veut du 'Gouverneur, appuyé trés - mal - a propos , fur un Reglement de la Régence de Batavia, vient d'intcrdire aux bourgeois & Colons du Cap, de marier leurs filles avec quelque ferviteur de. la Com-

P*-

Sluiten