Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 32 )

recevoir &d'arrêter lescomptes annuels èkc. 2°. Le Secrétaire de cette Chambre eft un ferviteur de la Compagnie ; ce qui eft injufte. Le bien des orphelins confié en de telles mains , rifque toujours beaucoup plus, que s'il était confié a un bourgeois, qui naturellement eft plus porté pour les enfans de fon concitoyen, qu'un ferviteur de la Compagnie qui leur eft prefque toujours tout-a fait étranger. Mais un falaire de 40 florins & 5 pr. ct. de la totalité des biens délaifies par les peres& meres des orphelins, font un gage trop confidérable pour en gratifier un honête bourgeois. Le Gouverneur trouve plus naturel d'en gratifier un ferviteur de la Compagnie , qui fouvent n'a d'autre mérite que celui de favoir bien calculer k fon avantage. Les cinq pour cent percus par le fecretaire de cette Chambre, font, bonan, malan, une petite douceur de 20,000 k 25,000 florins : ce fecrétaire doit naturellement fouhaiter, que la mort vienne tous les ans, faire un récolte abondante en peres-de familie, & peupler par la & lescimétieres, & la maifon des orphelins. Je le demande, n'eftil pas injufle, cruel & opprefllf, qu'un fecrétaire foic autorifé a s'engraiflèr ainfi aux depensdela fubftance

de

Sluiten