Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 225 j

bre de fa nature, un foldat, ou un matelot au fervice de la Compagnie; exiler, bannirqui bon lui femble ; fans érre obligé de dire a perfonne pourquoi il iliflige toütes ces punitions, & fans que celui qui efl: la victime de fon caprice, ait le moindre droit de fe plaindre, ni au Gouvernement, ni ala Compagnie, ni au Souverain. Si Mr. le Fiscal veut admettre toutes les conféquences qui découlent de fes principes, il n'eft plus befoin,ni de Gouvernement, ni de Compagnie , ni de Souverain pour exercer, & faire exercer la police au Cap: S'il eft éffrayé de ces conféquences & qu'il les nie comme étant infoutenables, il faut qu'il avoue, que les Bourgeois du Cap devaient,aü moins pour les plaintes qui le cöncernent direétement, s'adreflèr autre part qu'a la Régence du Cap pour en obtenir le redreflement, puisque lui Fiscal eft indépendant & du Gouverneur & de la Régence, qu'en conféquence, il re§oit les ordres direétement de la Compagnie, & que c'eft a elle qu'il rend un compte particulier de 1'exerciflè de fon emploi; doncla Régence du Cap, en réfufant la permiflion aux bourgeois de porter leur plainte k la Compagnie, contre le Fiscal indépendant, a comP mis

Sluiten