Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 2ÓO )

dire, qu'il doit'partir fur le champ de lonne volontè, que fans quoi, en va Vemméner de force? p 41. Que Mr. Boers repende tout ce qu'il voudra; il me fuffit de favcir & d'étre afturé, que tout homme qui connait les droits que la nature lui a donnés & qui en fent toute 1'importnnce, me répondra,que le procédé du Fiscal était injufte, tyrannique & que Buytendag devait en étre révolté.

Le nommé Opperman bourgeois braftèur du Cap fut aufti cité par le Fifcal, pour comparaitre chezlui,dela même maniere que Buytendag; Opperman répondit au (Geweldiger) que s'il avait 1'audace d'entrer chez lui, il lui caftc-rait la tête d'un coup de fufil; le fattellite n'ofa hafirder fa vie , il fut faire rapport a fon maitre de ce qui lui était arrivé ; le Fiscal de ce tems , reconnaiiïant fon tort ,. envoya un huiïïier de la ville avec des récorps; alors Opperman obéit, paree qu'il vit qu'on le traitait en bourgeois.

La déclaration de cefupot du Fifcal,quotéeN0. 16• dansles pieces juftificatives, ne prouve rien en faveur de fon innocence , ni en faveur de la caufe que Mr. Boers plaide; elle eft évidemment fufpeóte. a tous égards. Mr. Boers, qui tache de rendre fufpeeftes

tou-

Sluiten