Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

des Recherches de la Religion.

autant que 1'un eft digne de louange, autant 1'autre eft - il condamnable. Un Particulier , qui a les devoirs de fa vocation k rem'plir, n'eft pas appellé a étudier toutes les controverfesj qui partagent les Théologiens, a entrer dans 1'examen de toutes les questions épineufes de 1'Ecole, & a s'occuper des fubtilités métaphyliques, qu'on a mêlées dans plufieurs Dogmes. Mais n'eft - ce pas deshonorer 1'Evangile, que de ne pas étudier les preuves, qui en juftifient 1'origine célefte «Sc en dévoilent 1'excellence ? N'eftce pas le méprifer que de ne point s'occuper de ces confolantes Vérités, qui fervent de bafe a nos devoirs, & de ne pas s'éclairer fur la nature, 1'étendue, & la néceflité de ces mêmes devoirs ? Ne prenez donc pas la leQon de mon texte dans un fens, qui favorife ce relachement. Fixons - en a préfent le vrai fens, c'eft le fujet de notre feconde Partie.

Ne pas être fage au - dela de ce qu'il faut, être Jage avec modeflie en matiere de Religion , c'eft renfermer fes recherches fur eet intéreftant fujet dans de juftes bornes. Quelles font-elles? 1. La fphére des Facultès humaines engènéral. II. Celle de ehacun en particulier. III. La nature des objets de nos recherches. IV. Notre condition préjent e. La Portee de PEJprit humain en gêné ral. La mefuredes Talens de ehacun en particulier. La nature des Vérités de la ReltA 4.

11.

Partie.

Sluiten