Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

18 SERMON I. Les Bornes

Jean III. ld.

1 Cor. V. ti.

i Cor. VI.' ii.lSph.IV. 30.

connoiflances font inutiles fans la pratique. Or quel avantage nous reviendroit.il pour la pieté, d'une connoiffance plus parfaite de ces myllérieufes vérités , que des voiles épais dérobent en partie k notre vue ? Quand nous pourrions par nos recherches parvenir k connoitre, de quelle maniere la Trinité fubfilte dans 1'unité de 1'ElTence Divine, aurions-nous de plus prelfans motifs k la pieté, que ceux que nous avons lorfque nous méditons le grand ouvrage de Ia Rédemption, auquel nous ne pouvons douter que le Pere, le Fils & le Saint - Efprit n'ayent concouru? Aurions-nous plus de raifons , d'être pénétrés de refpecc, d'amour, de reconnoilTance & de zele pour Ie Pere, qui a tant aimè le monde, qu'il a donné fon Fils unique, afin que tous ceux qui croiront en lui ne périffent point, mais au'ils ayent la vie êternelle ; pour le Filsy qui j quoiqu'il n'eüt point connu de pêché, a étéfait pêché pour nous, afin que nous Joions faits jujlice de Dieu en lui; pour le SaintEfprit, qui nous jujlifie, nous fanBifie & nous fcelle pour le jour de la rédemption ? Ce que Dieu a fait pour nous & ce que nous en connohTons, fuffit pour nous infpirer le plus parfait dévouement k fes volontés. La Grace auroit - elle plus de pouvoir fur notre cceur,quand nous connoitrions parfaitement, de quelle maniere elle agit, & que nous pourrions la fuivre dans fes opérations?

Sluiten