Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Ecclefiafiiq. III. Ufa-tQ; 21.

24. SERMON I. 2?or«m

différentes, qui divifent le Chriftianifme, fuffent réunies , & qu'on put arrêter les excès déplorables d'un zele indifcret, au grand préjudice dela paix de 1'Eglife, & même de la tranquillité publique! Mais puifque nous fommes appelles quelquefois a défendre la Vérité , munilfons - nous par des recherches fages «Sc modeftes des armes néceffaires, & n'en fefons ufage que quand la gloire de notre grand Maitre «Sc 1'intérêt de la Religion le demandent, «Sc d'une maniere conforme a ces fentimens de charité que 1'Evangile nous recommande avec tant de foin.

III. Derniere Conclufion. Tournons tous enfemble nos efforts du cóté de Ja Pratique. Souvenons-nous que nous ne pouvons ici bas nous occuper plus utilement qu'a nous former pour le Ciel, oü les Myfteres fe dévoileront, «Sc oü nos connoiffances fe perfeftionneront. Les ténebres qui nous environnent dans cette ceconomie d'épreuve, font deftinées a nous faire rechercher 1'entrée de ce féjour oü la lumiere & la vérité habitent fans mélange d'obfcurité & d'erreur. Suivons la fage lecon de Jefus fils de Syrach : Ne chercbe point les chofes qui Jont pJus hautes que toi, £5? ne finforme point follement des chofes qui jont plus fortes que toi. Mais penfe Jaintement aux chofes que Lieu fa commandées.... Car tu n'as que faire de wir de tes jeux les

Sluiten