Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

34 SERMON II. Vabus de la

Hutne. Voy.

Journ. Britann.T VIII. p. 105-

mes fur fophifmes pour perfuader , que le fyftême du Dualisme , c'eft - a - dire, qui admet deux êtres éternels, 1'un, caufe du Bien , & Fautre caufe du Mal, eft le plus foutenable au tribunal de cette même Raifon , dont les idéés les plus claires, les plus füres , conduifent néceffairement a n'admettre qu'un feul être éternel. Le Béijle contefte fur les Miracles. Tantöt il railbnne fur le pouvoir des intelligences fupérieures è. 1'homme. Tantöt il fait valoir notre ignorance fur les caufes des efFets, que nous voions. Tantöt il ne rougit pas de contredire les faits les mieux avérés. II ofe affirmer hardiment „ Qu'il n'y a jamais eu „ de miracle, qui ait été attefté par un nom„ bre fuffifant de témoins doués de tout le „ bon-lens, 1'éducation , la fcience , la „ probité , le crédit, la réputation &, le „ défintéreflement néceffaires; ni qui ait „ été opéré affez publiquement, & dans „ un pays affez éclairé, pour en décou„ vrir la vérité ou la fauffeté." Tantöt il fe répand en raifonnemens fondés fur les regies les plus fauffes, pour prouver Fimpoflibilité des miracles; & & la faveur des plus indignes artifices, & des chicanes les plus révoltantes, il prétend démentir des faits atteftés de la maniere la plus folemnelle & la plus démonftrative. Ne vous en laiffez pas impofer par ces difputeurs du fiecle. Que leurs fophismes ne vous infpi-

Sluiten