Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

86 SERMON IV. Le vrai Chef del" Eglife en ait qui foient appeïïés Dieux, U riy a cependant qu'un feul vrai Dieu. Cette preuve revient donc au fond a la première, pnfe du titre de Dieux. D'ailleurs, il n'eft rien moins que decidé,qu'il foit-la queftion des Anges & des Chefs d'lsraël, au même fens qu'il en eft parlé en d'autres endroits, II femble plutöt, que le but de 1'Apötre eft d'affermir dans la foi d'un feul Dieu, les Néophites fortis du Paganisme, dont quelques-uns pouvoient conferver du penchant pour leurs premières Superftitions. Mais alors quel rapport ce paiTage a-t-il avec 1'empire prétendu des Anges fur 1'ancienne Eghfe ? A 1'égard de celui de I'Epitre aux ' Coloffiens,on peut trés - naturellement entendre par les Principautès £5? ks Puiffances, dont Jefus-Chrift a triomphé , le Diable & les fuppöts de fon empire. Ces mauvais Efprits font défignés fimplement par ce nom, dans le vs. 37 du Ch. VIII. de I'Epitre aux Komains, & dans le vs. 12 du Ch. VI. de I'Epitre aux Ephefiens. Cette explication s'accorde avec tout ce que PEcriturenous dit des triomphes de notre Sauveur; tandis qu'on n'y trouve pas la moindre tracé d'un triomphé fur les bons Anges, (2) Mais une difficulté générale,contre le fyftême de 1'empire des Anges fur 1'Eghfe ancienne,eft prifede 1'idée dela Théocratie ou GouvernementDivin,fous lequel le Peuple Hebreu a vécu pendant longtems,

Sluiten