Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Nouveau Teftament. y%

dre fon autorité refpeétable. Un' des prétextes, qui femblent quelquefois excufer la defobéïflance, eft, que celui qui commande, ne poffede pas a jufte titre \ autorité qu'il exerce , & qu'il s'arroge des droits qui ne lui appartiennent point. Mais un Roi, digne déja par lm-meme qu'on le refpeéte & qu'on lui obeiffe, merite encore plus 1'obéïffance, quand il eft revêtu d'un pouvoir légitime. Or il n y eut jamais des droits mieux fondes que ceux que Jefus-Chrift a fur 1'Kghfe^ ft ïa rachetée par fon fang, & seft donne Joimême pour elle. C'eft ce qui fait dire a St. Paul, Rom. XIV. Nul de nous ne vit pour foi-même, & nul ne meurt pour foi-même. Mais foit que nous vivions , nous vivons au Seimeur ; foit que nous mourions, nous mourons au Seigneur : foit donc que nous vivions , foit que nous mourions , nous fommes au Seigneur. Car ceft pour cela que Chrift eft mort, quil eft reffufcité & a repris une nouvelle vie ; afin quil aomine , tant fur les morts, que fur les vivans. D'ailleurs Jefus-Chrift a fur 1'Eglife uc nouveau droit, entant qu'il a vamcu fes ennemis & détruit 1'empire du Prmc€ des ténébres & de la mort, & par-la s'efi acquis fur les hommes une dominatior légitime. Ce qui fait dire encore a St, Paul, quil eft le Chef du corps de F Eglife-.

Aft. XX.

28.

Eph.V. 25.

Rom. XIV. 7.8,9-

Col. I. JS*

Sluiten