Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

M. VII. 56.

2 Tim. 1.10.

.ÏCO '

ïoó* SERMON V. La Condition

de fondement a la Foi, de même que celui de St. Etienne, qui vit les deux ouverts &? etant a la droite de Lieu. Mais nos fens ne nous apprennent rien fur eet article, nous n'appercevons point les biens de 1'héritage incorruptible de la gloire. La Raifon fournit, je 1'avoue, de fortes préfomptions fur ce fujet; mais elle n'a jamais conduit a une parfaite certitude. Pour en bien juger,il ne faut pas confulterlesbeaux fyftêmes, que les incrédules modernes ont formés a 1'aide des lumieres de 1'Evangile; mais ce que les Philofophes les plus fages & les plus éclairés du Paganisme, qui n'avoient d'autre fecours que leur Railön naturelle, ont dit fur un état avenir. L'idée de eet état les charmoit, ils s'en occupoient avec un ravilTement digne de 1'émulation des Chretiens; mais ils n'ofoient néanmoins fe le promettre bien politivement. C'eft Dieu, qui par le miniftere de Jefus-Chrift nous a révélé la vie I'immortalité, qui nous a donné la plus parfaite certitude a eet égard. Le Sauveur en parle dans tous fes discours, il la promet en termes exprès, & fes Apötres tiennent conftamment le même langage. Lifez les Ecrits du Nouveau Teftament, & vous y trouverez cette confolante doclrine a chaque page. Si fexiftence de l'état avenir ne nous eft connue que par la Foi, il en eft de même de fa nature. Nous favons par la Révélation, que

Sluiten