Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Rom. XI.

25- .

a Pierr. III. 13.

Conclufion.

174. SERMON VII. La Gloire de VEglife n'a eu encore qu'une partie de fon accomplhTement; ce qui fuffit , ainfi que nous venons de ie voir, pour ne pas méconnoitre Pobjet, fur lequel le St. Efprit portoit fes vues, quoiqu'il n'épuife pas tout le fens des anciens Oracles. Les hommes infpirés n'ont jamais prédit, que toutes les nations feroient incorporées dans 1'Eglife, en même tems. Ce grand prodige ne devoit pas sopérer tout d'un coup. Ce que Dieu a déja fait pour dégager les magnifiques promeffes, qu'il avoit faites au Genre-humain, nous eft un fur garant de ce qu'il fera encore dans la fuite. Lui-même nous a appns par le miniftere de nos Ecrivains Jacrés, qu'il a fixé dans les confeils de fa Providence une époque , oü la plénitude des Gentils entrera dans 1'Eglife, & oü le Peuple Juif, raflèmblé en corps , fera hommage au Libérateur, qu'il a méconnu, & tiendra un rang diftingué dans 1'Eglife. Nouvelle & grande révolution, qui acheyera de vérifier pleinement les oracles du Tres-haut, qui fera la confommation des defleins chantables de Dieu fur les hommes «a bas fur la terre , & 1'avantcoureur de la création des nouveaux Cieux, fe? de la nouvelle Terre, oü la juflice habitera eternellement.

I. Rien n'eft plus propre a affermir notre toi fur la divinité de la Religion Chrétienne, que 1'accomplhTement des Propheties,

Sluiten