Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Jacob. 24?

faux Efaü, lequel fe retire. Enfuite paroit Efaü, qui invite fon pere a manger de fa chaiTe, pour lui donner après cela ia bénédiétion promife. lfaac faifi & ému découvre a fon rils aïné ce qui vient de fe paffer: Ton frere efl venu par tromperie, & il a emportè ta bênédillion. Approfondiffons la nature même de eet événement ; examinons, quel jugement on en doit porter. C'eft le fujet de notre feconde Partie.

Il fe prérente ici naturellement trois queftions , de la décifion desquelles dépend PéclaircilTement de tout le fujet.

I. On demande, ce quil faut penfer de la conduite de Jacob? 11. Pourquoi_ Tfaac ne ratifia pas d Efaü une bênédillion, qui, dans fon intention, lui étoit deftinée fe? donnée? 1Ü. Comment cette bénédic^ tion,- obtenue fous le nom ét Efaü, fe? qui dans les vues du Patriarche portoit fur eet 'ainé, a pu avoir fon effet en Jacob?

I. Examinons , quel jugement on^ doit porter de la conduite de Jacob. Les Théologiens de tous les tems fe font partagés fur cette queftion; les uns fefant 1'apologie du Patriarche; tandis que les autres condamnent hautement fes démarches, comme contraires a toutes les loix divines & humaines. Quelque vénération qu'on doive avoir pour la mémcire d'un homme, refpeclable par les vertus, qui le difungue-

11.

Partit. I.

Quejlion : ce qu'on doit ptnfer de la conduite de Jacob?

Sluiten