Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Jacob.

2*3

Jfaac fentit, qu'il ne dépendoit plus de lui ce remettre k Efaü un dépóc, qui par des voies üngulieres étoit entre les mains de jacob.

Hl. Cette folution nous conduit naturellement jl la troifieme queftion: comment me bénèditlion, obtenue fous le nom ff Efaü, £5? qui dans Tint ention d'Ifaac port oit Jur lui, a pu avoir Jon ejfet en Jacob ?

Il eft incontefitable, que fuivant les loix humairies Jacob auroit été déchu des droits, qu'il avoit prétendu acquérir fous im faux nom. Mais les voies de Dieu ne jont pas nos voies, 6? fes penfèes ne font pas nos penjées. Dans le fond, Ifaac avoit prétendu difpofer d'un bien, dont il n'étoit pas le maitre, & dont Efaü s'étoit exclus lui-même en renoncant k 1'alliance de Dieu par fon manage avec des femmes ètrahgeres. 11 s'agiftoit d'un privilege, dont la difpoiïtion appartenoit k Dieu. C'étoit non par la volonté $ Abraham qu'lfaac en avoit hérité, mais par celle de Dieu. II ne dépendoit donc pas de lui d'en difpofer fans 1'ordre de Dieu. Ainfi, quoique dans 1'intention du Patriarche la bénédiétion ne regardat point Jacob, elle ne laiflbit pas de tomber fur lui, k qui Dieu 1'avoit deftinée 11 y a plus. Ifaac lui-même, éclairé fans doute d'enhaut, confirma k Jacob le privilege, qu'il avóit furpris: Je Tai béni, & auffi il fera béni. Et quand Jacob fut lür k

ra.

Quejiim: Ctmment ratifiée a

Ef. LV. 8.

' Gen. .XXVII. 33

Sluiten