Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

I

Ef. XLVI. 10.

' II. i InftruEtion;

2$6 SERMON X. V artifice

deftinées: Quelque fujet que nous aions de nous repofèr de notre fort, & de celui de ceux qui nous appartiennent, fur les fages & tendres foins de cette puiffante Providence, qui gouverne le monde, nous ne laiffons pas d'être alfez téméraires pour vouloir régler les deffeins de la Divinité, & nous rendre les maitres du choix & de la difpolition des moyens propres k leur exécution. Dela tant de projets injuftes, tant d'artifices, qu'on met en ceuvre pour parvenir k fes fins. Et li nous pouvions lire dans 1'avenir, & prévoir même obfcurément les avantages, que la bonté de Dieu nous deftine, a quels excès ne nous porterions - nous pas pour hater le moment d'en jouïr! Que 1'exemple de Rebecca noi:s rende fages & circonfpecls. Souvenonrnous, que celui qui eft le fouverain difpenfateur des graces, faura bien vérifier cette déclaration, mon confeil tiendra, fe? fexécuterai toute ma volonté, fans que nous aions la préfomption de prétendre être les miniftres de fes ordres par des voies illégitimes, & en le deshonorant par des actions contraires k fes faintes Loix.

II. En fecond lieu connoiffons, combien il efi dangereux de fe livrer d de mauvais confeils. La docilité n'eft pas en général une vertu fort commune parmi les hommes, lorfqu'il s'agit du bien. Mais il femble, que nous aions un penchant naturel k

la

Sluiten