Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Pf. CXVII.

2.

Pfeaume XXXIII. II.

Nombr. XXIil. 19.

IV.

Coifirmation ne la promeffe du Meffie.

280 SERMON XI. La Vifion

tes pouvoit-il avoir fur raccomplilTement de ces grandes proraefles ? Outre les preuves, qui juftifient, que la vérité de Lieu demeure a toujours,que jon confeil je maintient d jamais, £5? que les deffeins de Jon cceur fubfiflent d'dge en dge, le Patriarche avoit ici une démonftration fenfible. Dieu le révéloit a lui comme le Véritable & le Fidele, en prenant la qualité de Dieu d'Abraham dIfaac, & le titre & Eternel, c'eft-a-dire d'immuable dans fes promefïes; c'eft 1'Eternel lui-même, qui s'engage k ratitier en lui ce qu'il a promis a Abraham & a Ifaac. Quel encouragement pour les gens de bien que 1'idée de la fidelité de Dieu! Nous en avons des preuves que Jacob n'avoit point encore. Outre les affurances, que Dieu a répétées en tant d'endroits de nos faintes Ecritures, la maniere, dont il a accompli fes promelTes envers 7«cob,&c envers tant d'autres fideles,ne nous permet aucun doute, & eft bien propre a nous rafiurer dans tous les Etats de la vie: il Pa dit £3? ne le fer a-Uil point ? il a parlé, £«? ne le ratifiera-t-il point ?

IV. Enfin cette Vifion & les Oracles, qui 1'accompagnoient, étoient deftinés h confirmer le grand article de la Religion, la promejjê du Meffie. Cette promeffe fefoit une partie effentielle de Ia bénédiétion patriarchale; elle affuroit celui, a qui elle ètoit accordée, que la vraye Religion &

Sluiten