Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

I <

j

(

1

j

i

I I

I

' I

.IX »il

2 Rois ix. XI.

H.

La qualiti de la perfmneinjnttég.

298 SERMON XII. Apologie d'EliJée

Zelle d'ejclave & de captif, paree que les :heveux étoient le fymbole de la liberté, Sc qu'on les coupoit k ceux, qu'on réduibit en fèrvitude. Celle de gueux, d'homme jui fefoit profefTion de mendier CeJle d'homne vicieyx & débauché, adonné a des plaiirs infames, paree qu'on attribuoit ce. déiaut a des excès de libertinage. C'eft ce jui a donné lieu aux Docleurs Juifc de 3ire dans leur Talmud, le Chauve ejl vi"ieux. Enfin , on attachoit au nom de :hauve 1'idée de fou & d'infenfé: de-la ce Proverbe ancien; gardez - vous du chauve 'mjenjé. Cette idéé convient trés-bien k celle, que les profanes fe formoient des Prophetes, a caufe des extafes & de la liberté de ces faints hommes. Pourquoi eet injenjé ejl-il venu vers toi ? demandojent les principaux Officiers de 1'armce a Jêhu. Celui, qu'ils traitoient iïinjenfé étoit un difciple d'Elifée, qui lui avoit donné commiffion d'aller oindre Jébu pour Roi d'lsraël. En réunilTant toutes ces idéés, renfermées dans le titre injurieux de chauve, on ne fauroit concevoir d'infulte plus outrageante que celle, que les enfans dc Béthel fcfoient k Enfée, de dtfTein prémédité, & dans un tems, qui la rendoit fort odieufe.

II. Ce qui 1'aggravoit, c'étoit la qualité de la perfonne injultée Qui eft eet Elifée, que 1'on traite fi indignement? C'eft

Sluiten