Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

fur t ignorante des hommes. 15

fes Apötres nous font, tant du dernier jugement, que de 1'état des bienheureux reffufcités. Mais avons nous une idéé jufte de eet état ? Nous qui fommes dans m corps fenfuel, favons nous ce qu'effc un corps fpirituel ? Les termes tThéritage, de royawne, de courome, de richeffes, de plaifirs, de joie, d'honeur, & de gloire, nous donnent ils autre chofe qu'une idéé vague & confufe, quoique raviffante, des biens de 1'autre vie ? Ah I ce font des chofes inénarrobles, qu'il nefi pas pofihle è 1'homme d"exprimer. Ce font des chofes que ïoeil na point vues, que ïoreïlle na point ouïes, qui rit fint point montées au coeur de Fhomme, lesquelles Dieu a préparées h ceux qui l'aiment.

Convenons en donc. A tous ces -égards, il en efb de nos connoiffances comme de notre vie. Nous fommes du jour dhier, ê? nous ne favons rien. Quelles font les Caufes de cette ignorante ? C eft ce que nous allons montrer dans la feconde Partie de ce discours.

IL

1 Cor. XV. 44-

2 Cor. XII. 4.

1 Cor. [I. 9.

Sluiten