Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

fur Yignorance des hommes. 25

& oü nos organes perfeétionnés nous mettront en état de contempler plus a fond des objets, que notre conftitution préfente ' dérobe entiérement ou en partie a nos recherches. Nous connoisfons en partie , c2? nous prophétifons en partie. Mais quand la perfeclion fera venue, ce qui efl en partie fera aboli: & au lieu que nous yoyons maintenant comme par un miroir obfcurèment, alors nous verrons face a face.

V. Enfin, M. F., une des caufes de notre ignorance , c'eft notre nègligence a nous inftruire. Je fai remarque plus haut, & la chofe n'eft que trop vraie; bien des gens pourroient favoir beaucoup plus qu'ils ne favent, & n'ignorent certaines chofes que paree qu'ils veulent bien les ignorer. Combien d'hommes a qui on peut faire avec Dayid le reproche , quils ne prenent point garde aux öuyrages de l'Eternel, ni a' ïoeuvre de fes mainsl Combien de Chrétiens, a qui 1'on peut dire avec St. Paul, au lieu que vous deviez être maitres vu le tems, vous avez encore befoin qu'on vous

B 5 £»-

iCor.

XIII. 9,

10, 12.

Pf

SXVllI. $. Héb.

Sluiten