Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

fur la patience de Job.

bon , le feul fage, jufte en toutes fes voies, plein de gratuite dans toutes fes ceuyres ? Si pour fermer la bouche a dës mortels infolens, qui, pour fe juftifier devant Dieu, ont 1'audace de lui imputer leur impénitence, & d'attribuer è fa volonté les crimes que leur méchanceté leur fait commettre; un Apötre fe contente de leur répondre, qui es tu toi, qui conteftes avec Dieu ? & de leur alléguer fon autorité fuprêmö :. fon but n'eft nullement d'accorder, que Dieu faffe quelque chofe uniquement en vertu de fon pouvoir, & fans confulter fes perfections mor aks; lui qui dans d'autres endroits de fes Epïtres nous fait remarqucr dans les difpenfationsde ce grand Etre, fa fagejfe, fa connoi(fance,fon amourpour Tordre, fa juftice, fa bonté. Ce qui en réfulte, c'eft que lorsque nous ne découvrons nipar la Raifon, ni par l'Ecriture, les motifs que Dieu peut avoir eu pour agir d'une certaine maniere plutöt que d'une autre, nous devons nous arrêter a fon bonplaijir. ' Mais le bonplaifir de F Etre parfait ne pouvant être Contraire a fes attributs, il eft clair que le moindre murmure dans les alflictions,

Is

Matt. XIX. 17. iTim.1 17. Pf, CXLV. 17-

Rom. IX. 20.

Rom. XI. 33- &c

Sluiten