Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

7<5

SERMON

le moindre foupcon qu'il nous afüige avec trop de rigueur, eft une offenfe non feulement contre fon autorité, mais encore contre fes perfeclions infinies, qui concourent toujours a diriger 1'exercice de cette autorité. PuilTant motif è nous empêcher, foit quand Dieu nous affiige, foit aufli quand il permet des événemens qui au premier coup-d'oeil paroiffent contraires a fes attributs; a nous empêcher, dis-je , de pécher de nos levres. Car fi nous devons nous foumettre a Dieu, paree qu'il eft notre fouverain Maitre ; combien plus quand nous réfléchiffons que dans les cas mêmes ou il femble n'agir qu'en cette feule qualité, ce qu'il fait eft toujours conforme a fa fainteté, kfa fagejfe, a fa bonté, a fajuflice?

III. Troifieme motif a cette réfignation, la reconnoijfance que nous devons a Dieu. Celui qui nous envoye des afflictions; (car de quelque maniere qu'elles nous arrivent, c'eft toujours Dieu qui, nous les envoye, puifque rien ne pe-ut nous arriver fans fa volonté ou fans fa permisfion:) celui, dis-je, qui nous envoye les afMions, c'eft le même Dieu qui

nous

Sluiten