Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Efdr. IX. 3-

Rom. VIII. 18.

84 SERMON

rei-bas; qu'ils ne font pas faits pour durer toujours-, & que même en nous les otant, c'eft notre bonheur que Dieu fe propofe.

Ce dernier motif, qui donne un nouveau poids aux autres, doit nous engager d'autant plus fortement a recevoir fans murmure, & avec une vraie réfignation, les afflióHons que Dieu nous envoye , qu'il ne nous en envoye aucune, que, confidérée comme un mal, nous n'ayons abondamment méritée; & que dans fes difpenfations les plus rigoureufes, il fe retient encore au dejfous de nos péchés. Car quelque but particulier que Dieu fe propofe en nous affligeant, que ce foit de nous chdtier de quelque faute, ou de mettre notre vertu a Vépreuve , ou de nous préferyer de quelque chute; c'eft toujours dupéché que les afflictions tirent leur origine , puifque fi nous étions innocens , nous ne ferions fujets a aucune ; tandis que d'un autre cöté , les foufrances du tems préfent ne font point a mettre en comparaifon avec les maux éternels, qui naturellement devoient être notre partage, & dont nous n'avons pu être délivrés

que

Sluiten