Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

les difcours de Job & de fes trois amis. 133

phas & fe compagnons paroilTent, malgré la maniete peu fage dont ilss'étoient conduits dans cette occafion particuliere, avoir eu de grands fentimens de piété: & le commercemême qu'ils avoient avec Job, doit faire croire qu'ils étoient des hommes vertueux. Aulfi Dieu, en leur reprochant leur égarement, voulut-il bien la leur pardonner, &leur indiqua les moyens d'obtenir le pardon qu'il leur promettoit. Mais fi tout homme qui craint Dieu & qui sexerce d lajuflice lui efl agrêable, nous ne pouvons douter que Job ne fut digne a fes yeux de la diftinélion honorable dont mon texte fait mention. Dieu y norame jusqu'a quatre fois Job,fónferviteur; expresfion qui marqué dans celui a qui Dieu 1'applique , une piété diftinguée , une vertu éminente, un attachement continuel a remplir fes devoirs. Témoin 1'éloge que ce Dieu, qui connoit les coeurs des hommes, & qui prend garde a toutes leurs aclions, avoit daigné faire lui-même de ce faint homme, en difant cl Satan; nastu pas cpnfidéré mon ferviteur Job, qui na point d'égal fur la terre, craignant Dieu I 3

\!t. X, 35.

Aft. I. 24.

Pf. XXX, 14.

Tob. I. 8. & II. s.

.

Sluiten