Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

' fur le fouhait de Datid, &fesfuitet. ï6i

Et cette eau, acqüife par une aclion de vaillance , qui avoit expofé au dernier péril la vie de ceux qui 1'avoient puifée, cette eau lui paroit trop précieufe pour être employée a les befoins, ou a fon plaifir: il rien voulut pint boire, mais la ■ répandit d VEterneL

4°. C'eft notre derniere remarque. David, au lieu d'employer pour foi-même Veau qu'on lui avoit apportée, au lieu de s'en réferver au moins une partie , la confacra toute a un ufage religieux. II rien voulut point boire, mais la répandit b VEtemel. Nous lifons quelque chofe d'approchant, au Chapitre VT1>. du \u Livre de Samuel, oü il eft dit j que les mfans d'Ifra'ël, s''étant ajfemblés dMitfpa, «y puifer ent de Veau qriils répandirent devant l Eternel. Quelle qu'ait été la fignificatión particuliere de cette cérémonie , il eft fur du moins, par les circonftances , que ce fut un a&e de Religion, puifque les Ifra'èlites 1'accompagnerent d'un jeune &de la confeffion de leurs péchés- De même > Veffufion que David fit de Veau qu'on lui avoit apportée, fut un a&e de Religion. Tom. I. L 5

i Sant» VII. 6.

Sluiten