Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

IÖ4 SERMON

Amos. 1'abri, fans être malade de la froijfitre de \JJ 6' fon peuple ? Qui feroit affez lache , affez mauvais citoyen , pour voir d'un ceil indifférent fouffrir fa Patrie, pourvu que fes intéréts particuliers n'en fouffriffent point?

II. Voyez dans 1'action héroïque des trois guerriers de mon texte, un modele de Vaffeftion & du zele, avec lequel ceux qui font fous la puifance d'autrui, doivent fe rendre utilesa celui dont ils dépendent. Mat', y ai fous moi, difoit le Centenier de VEvangile\ VI11, ?' fai fous moi des gens de guerre: ê? je dis d run va, & // va; 6? d l"autre, vien, & il vient; d mon ferviteur, fai cela, & il le fait. Les trois guerriers de David firent d 'avantage encore, puisque fans en être requis , il fe mirent en danger pour lui rendre un affez leger fervice. Que n'euffent-ils pas fait dans des occafions plus importantes? Quelle obéïffance ne put-ilpasfepromettre degens, auffiatten* tifs a faifir les occafions de lui être utiles? Ce qu'ils firent, je 1'avoue , n'eft pas un exemple qui oblige a tous égards: on peut fans doute, être bon fujet, bon

fer-

Sluiten