Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

18a SERMO N fur la güêrifon

Luc.

xxiv. ip.

vant approcher du Sauveur, d caufe. de la foule, s'avilèrenc de monter fur le toit de ln maifon, & d'y faire une ouverturefuffifante pour defcendre le malade fur fon lit„ & Ie pofer devant Jesus. Nous avons ■ vu-plus haut, comment, vu la maniere dont les maifons étoient conftruites , cela pust s'exécuter fans caufêr aucun défordre. Voyez. ici combien la foi eft induftriéufe. Perfuadé que Jesus n'étoit pas moins puijjant en oeuvres quen paroles, le paralytique ne doutoiÉ pas qu'en fe préféntant a lui , il ne recut fa güêrifon. Mais m pouvant percer la foule pour approcher de Jesus, ni le malade, mceux qui le portoient ne fe rebuterent. Voyant 1'inutilité de leur première démarche, ils en firent une feconde. Ils monterent fur le toit de la maifon, & y ayant fait ouverture, ils dé: -alerent jufques devant Jesus lc paralytique couché fur fon Ut.

III'. Le Sauveur voyant leurfoi, continue l'Evangéli/le, dit au paralytique; mon fis , tes péchés te font pardonnés. Difcours, Bien confolant pour ce pauvre malade, mais .qui fit murmurer quelques -uns des ipecta-

teurs;

Sluiten