Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ïpo SERMO N fur la guérifon

Jean. xxi. 17.

Jer. xvu.9.10,

fit fouvent connöitre a Jes difciples, qu'il pénécroit dans leurs plus fecretes penfées: & nous avoiis un exemple de Ta toute-fcience dans mon texte; car il y eft dit que Jesus connut en fon efprit comment UsScribes raifonnoient en eux-mêmes.

J'appelle cette faculté toute-fcience, paree que les penfées des créatures intelligentes étant ce qu'il y a de plus caché , on ne peut en avoir de foi - même la connoiflance, que par cette même fcience qui s'étend a toutes les chofes du monde. Et c'eft auffi, de ce que Jesus-CiiRisf connoit toutes chofes, que St. Pierre tiroit cette conclufion, tu fais que je faime. Or qui ne iait que cette fcience univerfelle n'appartient qu'a Dieu? Qui ne fait qu'en particulier la conncijfance du coeur humain lui eft attribuée , exclufivement a tout autre être :le cceur efïrufé, & désefpérément malin par deffus toutes chofes; qui le connoitra? Je fuis f Eternel, qui fonde le coeur, £5? qui éprouve les reins.

II. Ce n'étoit auffi qu'au Mcjfte que put appartenir le droit d'accorder aux pécheurs la rémiflon de leurs ofmfes. Car a quel

au-

Sluiten