Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

touchant la réfurre&ion des morts. 229

propofée; renverfer le principe oü elle prenoit fa fource, établir le dogme que méconnoiffoient fes adverfaires; & les réduire au filence par une réponfe viétorieufe. Je dis, victorieufe, car St. Matthieu remarque expreffément, que par cette réponfe, Jesus ferma la bouche aux Sadducéens; qui , comme le prouve leur' deffein même, n'auroient fans doute pas gardé le filence, s'ils avoient eu quelque chofe a repliquer.

C'eft d'une partie de cette réponfe que j'ai deffein, M. F., de vousentretenir fous la bénédiction divine. Les Sadducéens croyoient que la réfurrection des morts étoit non feulement étrangere h F Ecriture, mais encore impoffibleen foi. Cela paroit paree que notre Seigneur les renvoya , & aux Ecritures, & a la puiffance de Dieu, Mais pour disputer avec lui, ils employerent un argument, tiré des conféquences abfurdes, qui, felon eux, réfultoient de ce dogme: ils raifonnerent fur la loi du Lévirat, qui ordonnoit quau cas quun homme vint d mourir fans enfans , fon frere époujeroit favmve, dont le premier-né feroit cenfé P 3 ap-

Matt. (XII. 34.

Mare. KIL 24.

Deut. SXV. 5. 6.

Sluiten