Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

touchdnt la rèfurreclion des morts. 24.1

par conféquent la rèfurreclion de leur corps: car comment rendre heureux des hommes , dont il ne refte plus qu'une poudre inanimée t fi ce n'eft en les resfuscitant ?

A moins donc de renoncer a ce principe, quil riy a point d'efprit, les •Sadducéens devoient avouer que ces paroles, je fuis le Dieu d''Abraham, & le Dieu d'Ifaac, & le Dieu de Jacob ,renfermoient une promeffe de les reffafciter quelque jour, puisque dans leurfyftême, il étoit impoiTible qu'elles fe vérifiaffent autrement. Mais quand les Sadducéens, pour éluder cette conféquence, auroient renoncé a leur principe, ils n'y auroient rien gagné. Suppofé qu'ils euffent répondu a Jesus - Christ , que fon argument ne prouvoit tout au plus que ïimmortalitède Vame, ils fe feroient encore trompés. L'argument du Sauveur prouvoit la rèfurreclion du corps dans leur fyflême-. mais il la prouve auffi dans le mtre; & c'eft le fujet de mon fecond Point.

II. PARTIE.

La déclaration que Dieu fit d Moyfe* Tom. I. Q éta-

Sluiten