Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

X *<> X

reftê il eft rêquis entre les Dlfpenfateurs, que chacun /bit trouvé fidéle. Oui. II eft du devoir d'un vrai Minïftre de 1' 'vangile de s'étudier fincèreraent a connoitre les obligations de fa charge & de s'efforcer conftamment a les remplir avec tme fidélité, par laquells feule il peut rendre fon Miniftèrepleinement approuvé, Mais lorsqu'il fe montre ainfi Difpenfateur fidéle, il n'eft pas moins du devoir de ceux,au ialut duquel il confacre fes foins & fes travaux,de (*) Vhonorer, c'eft Sc. Paul encore qui parle, de Vhonorer(**) & caufe de Voeuvre qiCil fait.

Je fcai que fur eet article les penfées d'une partie du fiècle ne s'accordent guères avec celles de St. Paul., Par une fuite del'efpritd'irréligion , qui caraétérife lingulierement les temps ou nous vivons, il eft du ton de certaines gens, foidifans Philofophés, de ne parler qu'avec une efpéce de mépris ou de dédain des Miniftres de la Religion. Répétant jufqu'a la fatiété des plai, fanteries ou des déclamations, qui n'ont plus même Ie mérite de la nouveauté, puisque c'eft dans les écrits trop connus des Chefs de la fecte qu'ils les puifent, ils voudroient perfuadcr que les Eccléfiaftiques font un ordre de gensinu-

ti-

(*) t Tim. V. vs. 17. C**) 1 TheflV'. y. vs, 11,

L.

Sluiten