Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( io )

■procédé de 1'inquiétude Sc du doüte ou ils font s'il exifte un Etre ou une puiffance qui ait le pouvoir dc leur nuire ou de les conferver. De la le penchant qu'ils ont a feindre des caufes invifibles, qui ne font que les Phantömcs de leur imagination, qu'ils invoquent dans 1'adverfité 8c' qu'ils louent dans la profpérité. Ils s'en font des Di~ux a la fin, 8c cette crainte chimcrique des puiflances invifibles eft la fource des Rcligions que chacun fc forrae a fa mode. Ceux a qui il importoit que le peuple fut contenu Sc arrêté par de femblables rêveries ont entretenu cette femence de Religion, en ont fait une ioi, Sc ónt enfin réduit les peuples, par les terreurs de Tavenir, k obéir aveuglément.

§• z

La fource des Dieux étant trouvée, les hommes ont cru qu'ils leur reftembloient, Sc qu'ils faifoient comme eux toutes chofes pour quelque fin. Ainfi ils difent Sc croyent unanimement que Dieu n'a rien fait que pour 1'homme , Sc réciproquement que 1'homme n'eft fait que pour Dieu. Ce préjugé eft général, 8c Iorsqu'on réfléchit fur 1'influence qu'il a du néceflairemcnt avoir fur les mceurs 8c les opinions des hommes, on voit claircmcnt

Sluiten